03/05/2018

La sûreté au cœur des projets de construction

Terrorisme, cyberattaques, agressions, vandalisme, ces menaces sont tous les jours plus présentes pour les acteurs publics et les sociétés privées : la sûreté se place au cœur des projets.

Au travers de projets d’envergure tels que des sièges sociaux, des musées et le Tribunal de Paris, les équipes de setec bâtiment ont développé une approche spécifique dont le double objectif est de ralentir au maximum l’intrusion tout en assurant une détection la plus précoce possible.

Le point de départ d’un projet de sûreté est donc constitué par une analyse de risques identifiants, en fonction des risques spécifiques, les faiblesses du projet et les moyens de protection. L’étude de sûreté doit prendre également en compte le fonctionnement du bâtiment au travers des différents flux de personnes et de véhicules. Une vigilance particulière est apportée aux problématiques d’évacuation, souvent contradictoires avec les objectifs de sûreté.

La mise en place de mesure de protection du bâtiment est définie un peu à la façon d’une pelure d’oignon, les zones les plus sensibles sont au cœur du concept de sûreté et les zones les plus extérieures du bâtiment sont les plus solides. Cela implique d’avoir un regard global y compris sur la qualité des parois, des produits verriers et des ouvrants et portes qui composent les façades des bâtiments et des différentes zones.

Ces mesures sont dites passives : elles sont complétées par des mesures dites actives comme le contrôle d’accès, la détection d’intrusion, la vidéoprotection, les dispositifs de communication, la détection rapprochée des œuvres, etc. Les mesures actives se basent sur des produits connectés utilisant des fonctions applications de haute technologie (analyse d’images, transfert d’informations chiffrées, etc.).

Au-delà des aspects physiques, les systèmes actifs sont majoritairement communicants sur des réseaux informatiques. Dès lors, ils deviennent sensibles aux cyberattaques, extérieures comme intérieures. Les installations techniques se complètent donc de dispositifs de sécurité informatique (firewall, VPN, serveurs d’authentification, etc.) et aussi par l’adoption de bonnes pratiques (gestion des mots de passe, technologie et logiciel de fabricants différents et de nationalités différentes, etc.) sans lesquelles aucune protection amont ne peut être efficace.

Par

Ingénieur courants faibles
setec bâtiment
Bruno Pastor est le référent pour les stratégies et technologies de sûreté au sein de setec bâtiment.Il a comme références des projets de maîtrise d'oeuvre emblématiques comme le Tribunal de Paris, et établit des schémas directeurs de sûreté pour des clients utilisateurs.

plus